Elle revient de congé maternité : ses 6 atouts et pourquoi vous avez tout intérêt à ne pas la mettre au placard

Votre collaboratrice revient de congé maternité.

Vous avez décidé de faire montre de magnanimité : vous lui avez laissé son poste – qui n’aura pas été divisé par cinq ; elle retrouve son bureau – qui ne sera pas occupé par un stagiaire et vous restez poli avec elle – même si vous la considérez comme une traîtresse.

Avec tant de générosité, vous ne comprenez pas pourquoi cette ingrate n’a toujours pas milité pour votre cause de béatification.

Vous savez :

  • qu’elle sera moins motivée par son travail – ses enfants occuperont ses pensées désormais ;
  • qu’elle devra rentrer chez elle à 16 heures chaque jour – les crèches ferment tôt de nos jours ;
  • qu’elle posera environ 54 RTT pour cause d’enfant malade cette année – les enfants sont pires que les cheminots ;
  • qu’elle n’aura plus que les couches bio et la rougeole comme sujet de conversation ;
  • qu’elle sentira le lait caillé, que ses vêtements seront tâchés de bavouilli, qu’elle aura l’air perpétuellement fatigué : bref, qu’elle sera insortable auprès de clients (mais au moins, personne ne la croira si elle se sert du hashtag #MeToo).

Vous vous demandez, tout compte fait, si lui retirer quelques dossiers ne serait pas un bien pour elle, et ne vous permettrait pas de décrocher l’envié Prix Harvey du Soutien à la Cause des Femmes.

Halte-là.

Vous devriez plutôt vous méfier d’une concurrente plus motivée et intelligente que jamais, prêté à devenir votre N+3 dans les 10 mois qui arrivent – ce qui n’est pas un motif pour la mettre au placard par crainte de la comparaison, mais une occasion rêvée de vous montrer #WomenFriendly, ce qui fait toujours bien par les temps qui courent.

Voilà pourquoi vous devez lui faire confiance.

1 Vous la valorisez, elle vous le revaudra

Que se passe-t-il dans la tête d’une femme qui n’est pas bien accueillie en revenant de congé maternité ?

Bien que la psychologie féminine soit, paraît-il, très complexe, la réponse est assez simple: la femme mal accueillie ne va pas aimer celui (ou celle, soyons inclusif) qui l’a mal accueillie.

Elle vous sera donc d’autant plus redevable si les choses se passent bien.

Mieux : si l’équipe a fait un cadeau commun, si chacun lui indique se réjouir de la revoir, si les choses continuent comme avant, si elle est augmentée, votre collaboratrice dira du bien de vous.

Elle vous sera d’autant plus reconnaissante qu’elle ne vit pas dans un placard et qu’elle connaît des femmes dont l’annonce de la grossesse ou le retour ne se sont pas bien passés (statistique personnelle : 2 cas sur 3).

https://www.particulier-employeur-zen.com/wp-content/uploads/lettre_licenciement-CESU.jpg
Attention, une lettre de licenciement ne peut pas être considérée comme un cadeau commun acceptable

Vous aurez une alliée dans le combat pour être le plus #WomenFriendly de l’open-space.

(Bien entendu, vous aurez bien vite fait d’avoir une réputation de ringard #BalanceTonPorc dans le cas inverse).

2 Elle apporte de l’air frais

Elle a été absente plusieurs mois (six ans, selon vous).

Pendant ce temps, l’ambiance à l’étage n’était pas géniale.

On a continué à s’ennuyer, à espérer un événement – n’importe quoi : une nouvelle machine à café, des spaghettis à la cantine – qui viendrait rompre la monotonie du building.

Les uns avaient fait le tour des anecdotes racontées par les autres. Certaines rivalités s’étaient amplifiées. Le stagiaire avait descendu le service dans son rapport de stage.

Et puis elle est revenue, blanche et lumineuse comme si elle n’avait pas été contaminée par cette ambiance de crise. Elle n’avait pas eu à prendre parti. N’avait pas pu corrompre un peu plus l’atmosphère, non parce qu’elle aurait été au-dessus de la mêlée, mais tout simplement parce qu’elle n’était pas là.

Et voilà que les uns et les autres se disent : c’est bien qu’elle soit revenue.

Un nouvel élément revient : c’est comme si on ouvrait les fenêtres.

Les managers devraient s’en rendre compte : le retour de la brebis est, en soi, un bien pour l’entreprise. La femme de retour de congé maternité est souvent un facteur de bonne ambiance.

3 Elle est devenue ultra-rapide

Oui, il y a de fortes chances que votre collaboratrice soit désormais contrainte par un horaire d’arrivée (la crèche ouvre à 8h30, par exemple) ou de départ (la nounou menace d’écrire des slogans pro-PS sur les murs de son salon si elle arrive après 19 heures).

NB : Nos études ne prennent pas en compte la part portée par le conjoint, car chacun sait que 100% de la charge mentale incombe aux femmes (un post best-seller sur le sujet ici).

Posons-nous un instant : 9h – 18h, ne sont-ce pas des horaires normaux de travail ? Regardez le début du film Ma nuit chez Maud : on y voit une sortie d’usine, les patrons comme les ouvriers quittent leur poste, l’horloge indique 18 heures.

Et à l’époque, on n’était pas aux 35 heures.

Si votre équipe doit rester jusqu’à 20 heures tous les soirs, ou même après, peut-être est-il temps de recruter. Mais ce n’est pas votre collaboratrice qui a un problème.

Toujours est-il qu’avec cette impossibilité de déborder sur l’horaire, votre collaboratrice ne perd plus de temps.

Elle ne perd pas de temps à discuter à la machine à café. Avantage n°1 : ce n’est plus elle qui colporte des rumeurs sur votre liaison avec quelqu’un de l’étage du dessus.

Elle n’éternise pas ses pauses déjeuner. Avantage n°2 : elle ne somnole pas à 14 heures, elle.

Les réunions qu’elle organise brillent par leur efficacité. Avantage n°3 : Facebook n’est plus le principal site consulté par vos salariés.

Elle ne perd plus son temps sur Venteprivée.com : elle n’a pas le temps. Avantage n°4 : elle vous demandera moins d’augmentation (attention, second degré).

https://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2011/05/17/photo-1305629077717-1-0.jpg
Mais si elle ne va pas chez Venteprivée, où a-t-elle bien pu trouver sa veste léopard ?

Elle traite rapidement ses dossiers. Avantage n°5 : gain de temps.

4 Elle est désormais un requin de l’organisation

Dopée par une journée contrainte, votre collaboratrice a déployé une organisation qui devrait lui valoir le Prix Nobel de l’inventivité.

Elle rentabilise ses pauses déjeuner (car elle a lu ce post) : elle va courir entre midi et deux (et a donc désormais une silhouette de jeune fille), organise des déjeuners « réseau », ne perd plus de temps en journée, parce que ses journées ne lui permettent plus de perdre du temps.

Elle a gagné en capacité de travailler plus.

5 Elle a vécu l’expérience de l’humilité

La femme qui part en congé maternité a le choix :

  • soit elle n’est pas remplacée, et ses collègues qui récupèrent ses dossiers la haïssent (mais se réjouissent sincèrement de son retour) ;
  • soit elle est remplacée, ses collègues ne piquent pas d’épingle dans une poupée vaudou, mais c’est elle qui vit une expérience désagréable : un autre travaille sur ses dossiers, en son absence. Un autre sera peut-être jugé plus apte qu’elle. Bref, elle comprend qu’elle n’est pas irremplaçable. Elle doit s’entendre avec un autre qui peut lui être comparé.

Elle fait donc l’expérience de l’humilité.

Ceux qui n’ont jamais dû s’absenter de longues semaines de leur travail, avec la perspective d’être mis en compétition avec un remplaçant, ne vivent pas cette expérience.

6 Elle a travaillé pour l’intérêt général

En quoi votre métier est-il utile à la collectivité ? Dans 90% des cas, il n’est pas facile de répondre à cette question.

Votre collaboratrice, elle, a travaillé pour la collectivité : ses enfants paieront vos retraites.

Voilà pourquoi la société doit lui être reconnaissante, et pourquoi s’en prendre à une telle personne est inqualifiable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :