L’attrape-gogo que je n’achèterai pas : le politique qui connaît l’entreprise privée

Les Echos Week-End du week-end dernier sont étonnants de candeur.

Un bien bel article y est publié sur « La vie après la politique ».

L’introduction nous apprend que de nombreux députés ont vécu un « traumatisme » en perdant leur siège aux dernières législatives.

IMG_0765.JPG

Beaucoup prennent leur retraite ou retournent dans le public. D’autres se lancent dans une reconversion pleine d’angoisse qui frappe aussi les anciens ministres.

« Une reconversion pleine d’angoisse ».

Je pense que la journaliste qui a écrit son article n’a jamais été confrontée à un politique recasé dans le privé.

Chère Lucie, en général, quand un homme politique arrive dans une entreprise privée, il ne passe pas exactement par le même circuit que les autres candidats.

Les autres candidats, en règle générale, ne comptent pas l’un des dirigeants de l’entreprise dans leur réseau. L’homme politique, si.

Les autres candidats, en général, ne savent pas s’ils vont être retenus. Pour l’homme politique, le suspense est moins intense.

Les autres candidats, en général, commencent en bas de l’échelle. L’homme politique, rarement.

Les autres candidats doivent démontrer des qualités de diplômes, de relationnel, dont l’homme politique n’a pas grand chose à faire : il est là pour son « carnet d’adresses ». Les politiques recasés en cabinets d’avocats sont légion : aucun n’a pourtant passé le concours d’avocat.

Est-ce parce que leur riche expérience leur donne de facto le niveau requis ? Mais, dans ce cas, passer le concours ne devrait poser aucun problème.

Quant au salaire proposé, je n’ai pas fait d’étude poussée. Mais je ne pense pas qu’aucune des personnes qui illustrent l’article émarge à 40 000 euros par an.

Je pense aussi qu’aucune de ces personnes ne travaille en open-space ; qu’aucune ne sera remerciée à l’issue de sa période d’essai ; qu’aucune n’a de crainte de se faire remercier tout court ; qu’aucune n’a à se plaindre de ses horaires ; qu’aucune ne prend le métro le matin ; que chacune dispose d’un crédit de notes de frais et de taxis assez confortable pour rendre toutes les conditions précédentes supportables si elle devait subir l’open-space, le risque de chômage,les horaires à rallonge et le métro.

Bref, toutes auront des conditions de travail qui n’ont rien de comparable avec celles des autres salariés et entrepreneurs.

Je ne suis donc pas d’accord avec l’affirmation selon laquelle :

Beaucoup cèdent à la facilité en faisant valoir leurs droits à la retraite ou en retrouvant la fonction publique.

Non, partir en entreprise n’est pas « difficile » dans les cas « Ils rejoignent le privé » qui sont mentionnés dans l’article.

IMG_0766.JPG

Et faire valoir ses droits à la retraite ou retrouver la fonction publique n’est pas une facilité : c’est peut-être aussi tout simplement que l’homme politique en question n’a pas un appétit démesuré pour l’argent.

Que chacun se trace l’avenir qu’il veut – mais il faut savoir garder un peu de recul quand on nous vend tel parcours qui « a connu le privé ». Atterrir directement en haut de l’organigramme, je n’appelle pas ça connaître le monde de l’entreprise. Obtenir un poste à responsabilité sans aucun rapport avec ses diplômes de base (quand il y a des diplômes), ce n’est pas suivre la voie commune.

Pour qu’une expérience en entreprise soit valable et intéressante pour les électeurs, il faudrait que l’élu du peuple ait commencé, comme tout le monde aujourd’hui, comme stagiaire ; puis qu’il ait eu un poste qui ne soit pas celui de n+10, qu’il sache ce qu’est un supérieur hiérarchique ; qu’il sache ce qu’est gérer une équipe – une vraie équipe à manager, pas une équipe de cadres entièrement autonomes ; qu’il ait eu à se battre pour obtenir 5% d’augmentation. Et là on en reparlera.

Je ne dis pas qu’il est très heureux qu’une grande part des élus soient fonctionnaires. Mais quand ils retrouvent leur poste, eux au moins n’essaient pas de nous vendre leur goût du risque, leur capacités professionnelles et leur expérience du « monde professionnel ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :