Sublimez votre ressentiment

… et prenez de la hauteur dans l’adversité.

Exercice n°1 : dans ce texte, remplacez « l’abbé Dubois » par le nom de votre pire ennemi. Et réjouissez-vous d’avoir si bien pu le décrire.

L’abbé Dubois était un petit homme maigre, effilé, chafouin (…) à mine de fouine (…). Tous les vices combattaient en lui à qui en demeurerait le maître. Ils y faisaient un bruit et un combat continuel entre eux. L’avarice, la débauche, l’ambition étaient ses dieux; la perfidie, la flatterie, les servages, ses moyens; l’impiété parfaite, son repos; et l’opinion que la probité et l’honnêteté sont des chimères dont on se pare, et qui n’ont de réalité dans personne, son principe, en conséquence duquel tous moyens lui étaient bons.

Saint-Simon, Mémoires.

Exercice n°2 : une réunion vous ennuie. Prononcez la phrase suivante, et recentrez le débat sur ce qui vous intéresse.

Je considère que je suis dans un salon où de vieux messieurs discutent autour d’une table de bridge sur l’opportunité de faire des pignons à trèfles ou à cœur.

Roger Nimier, Le hussard bleu.

Exercice n°3 : la roue de secours en cas d’entourage désespérant

Il y a des temps où l’on ne doit dépenser le mépris qu’avec économie, à cause du grand nombre de nécessiteux.

Chateaubriand, Mémoires d’Outre-Tombe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :