Lifestyle

Miracle Morning : j’ai lu le livre

Que vaut le livre de Hal Elrod sur son « Miracle Morning » ?

C’est la première fois que je lis un livre de « développement personnel ». Le genre me donnait des boutons : trop narcissique, réservé à des gens qui se cherchent, etc.

Pourtant, pour avoir suivi l’idée de se lever plus tôt pour faire un peu de sport le matin, et m’être vraiment sentie plus en forme après, j’ai eu envie de connaître la « méthode » dans son ensemble.

Tout le monde connaît l’idée principale, résumée par l’acronyme SAVERS : se lever plus tôt pour  consacrer 10 mn à chacune des activités suivantes : méditer (Silence), affirmer des choses positives (Affirmation), visualiser sa vie réussie (Visualisation), faire de l’exercice (Exercice), lire (Reading) et  écrire un journal (Scribing).

Si l’on connaît ce principe, la lecture du livre est-elle encore utile ?

Parce que ce livre est très américain, très encourageant, je répondrais que oui, avec quelques réserves :

5 réserves

1 – A acheter en anglais : la traduction est mauvaise

J’ai fait l’erreur d’acheter ce livre en français. Or comme beaucoup d’ouvrages contemporains non littéraires, la traduction est très lourde, reprenant quasiment telles quelles des expressions anglaises pour les calquer en français. On trouve par exemple un « à hauteur de ma conviction » pas très heureux. Bref, c’est assez mal traduit (mais peut-être que c’était mal écrit à la base, aussi : Hal nous dit lui-même qu’il n’a pas de talent d’écriture).

En achetant le livre en anglais, vous ferez coup double : vous apprécierez le style de Hal qui, je n’en doute pas, ferait rougir Marcel Proust, et ferez des progrès en anglais (comme le but du livre est d’améliorer sa vie, ce sera un début).

2 – Il y a beaucoup de répétitions

Comme beaucoup de livres de ce genre, le contenu pourrait tenir en 10 pages, mais il faut vendre, et donc obtenir un livre de 300 pages pour donner l’impression au lecteur qu’il en a pour son argent, donc on fait du remplissage.

Pour autant, lire 20 fois des passages comme « Le Miracle Morning se transformera en habitude durable qui vous permettra de créer la vie dont vous avez toujours rêvé. Vous commencerez à exploiter tout votre potentiel et récolterez des fruits que vous n’aviez jamais goûtés jusqu’à présent » finit par devenir motivant et par donner l’impression que tout est possible. Il paraît que c’est après avoir lu ce livre que François Bayrou a cru en son avenir politique et qu’il a envoyé son CV à Emmanuel Macron.

3 – C’est très matérialiste

Hal nous indique comment améliorer notre vie.

Même si quelques lignes soulignent que cette amélioration peut être altruiste, l’essentiel consiste en une amélioration matérielle.

L’auteur nous répète d’ailleurs que son livre préféré s’appelle « devenez riche », et se prend en exemple de réussite quand il nous indique que quand il était commercial, il a réussi un jour à doubler son objectif de vente. C’est sans doute très américain – un Français lira certains passages avec le sourcil levé en se demandant comment on peut s’enthousiasmer avec des choses pareilles.

La « routine » indiquée peut aussi sembler utilitariste : Hal consacre 10 minutes chaque matin à de la lecture. Ça me semble un peu extrême : je ne vois pas comment on peut se dire « je vais lire 10 minutes chaque matin entre mes  10 minutes de sport et mes 10 minutes de méditation ». Ca peut marcher pour des livres « faciles » type recettes de cuisine ou développement personnel, mais pas pour de « vrais livres » un peu élaborés (comme ceux de Marc Levy… non, je plaisante).

Le must arrive page 92, quand l’auteur nous demande de ne pas fréquenter les gens qui freinent notre réussite. Je cite : « Si vos amis (…) rencontrent des difficultés financières, ils ne vous mettent pas au défi d’améliorer votre vie« . Sympa pour les amis fauchés.

Certains critiques ont poussé le bouchon jusqu’à penser que ce livre était capitaliste : en gros, le capitalisme veut tout rentabiliser, or le sommeil n’est pas rentable, donc les patrons vont trouver des astuces pour le rendre rentable. Et Hal s’inscrirait sans le savoir dans cette mouvance, puisqu’il incite le salarié à amputer sur son temps de sommeil pour être plus productif. En effet, amputer sur son temps de sommeil est le propos du livre. Mais on peut aussi devenir plus productif avec sa méthode pour autre chose (écrire ses mémoires, faire du tricot, câliner son chien). Je pense qu’en France les gens qui utiliseront cette méthode pour exploser leurs objectifs de vente au boulot et uniquement pour ça seront assez peu nombreux (enfin j’espère).

4 – Pas mal d’autopromotion

L’auteur case souvent ses livres fétiches, et met beaucoup en avant son site. Bon, en même temps, il répète que la réussite financière est importante : il est cohérent.

5 – Le risque d’une pensée stéréotypée

Les ficelles données par notre ami Hal pour avoir une vie géniale se heurtent à l’écueil de la standardisation de la pensée. Aujourd’hui on croule sous les formules stéréotypées du genre « bienveillance » ; « tu es une belle personne » ; « c’est une personne inspirante »… et autres formules nunuches qui ne veulent au fond rien dire mais qui, employées par tous, finissent par créer une sorte de norme molle des relations humaines.

Hal s’inscrit dans cette mouvance puisqu’il nous conseille de nous répéter qu’on est formidable, qu’on mérite le destin de Napoléon… Bref, qu’on est une belle personne, inspirante et bienveillante. L’esprit start-up dans toute son étendue, le faux altruisme destiné à se mettre en valeur et à se valoriser aux yeux des autres. Heureusement, Hal nous dit que la lecture quotidienne peut être consacrée à celle de la Bible. Il a pensé à tout.

Ceci étant posé, 5 raisons qui rendent ce livre, malgré ses défauts, plutôt utile.

Pourquoi lire ce livre

1 – Il donne envie de fuir le groupe des 95%

Hal répète tout au long du livre qu’il y a deux sortes de gens : les 95% qui sont médiocres, les 5% qui sont brillants.

« La plupart des gens se résignent à une vie médiocre, acceptant passivement ce que leur réserve l’existence« , indique-t-il. Est-ce qu’on a envie de faire partie de ce groupe en surpoids ? Non, évidemment, on veut s’en échapper ! « Ne passez pas à côté de la vie extraordinaire que vous méritez » ajoute Hal.

Et là le chaland moyen se reconnaît : oui, j’ai  eu mon bac avec 10,5 de moyenne. Oui, l’agence Élite a oublié de me démarcher dans la rue. Oui, mon hamster est mon meilleur ami. Mais oui, je crois que je mérite un destin extraordinaire.

440px-Pantheon_wider_centered

Une question se pose : le Panthéon sera-t-il assez grand pour accueillir tous ceux qui auront eu un destin extraordinaire grâce à Hal ?

Évidemment, c’est de la poudre aux yeux : qui peut sérieusement croire que le fait de se réveiller plus tôt le matin permettra à chaque lecteur de doubler ses avoirs en banque, comme le sous-entend le livre ? En revanche, il est permis de penser que suivre la méthode peut permettre d’améliorer un aspect de sa vie. C’est déjà pas mal.

2 – Il correspond à un besoin actuel

Comme pour tout ce qui a du succès, on peut dénigrer la chose ; on peut aussi se demander pourquoi cette chose a du succès à un moment donné.

Pourquoi les propos de Hal Elrod sur la vie médiocre ont-ils rencontré un tel écho dans le monde entier ?

Il faut croire que les lecteurs se sont reconnus dans cette description du salarié moyen qui subit son réveil et sa vie ; et qu’ils ont accueilli comme le Messie ces recettes pour « reprendre le contrôle ». C’est très vraisemblablement dû aux conditions de travail actuelles : la plupart des gens travaillent dans le tertiaire, c’est-à-dire qu’ils ne créent rien avec leurs mains. Contrairement à un artisan, ils ne voient pas le résultat de leur travail : ils effectuent une petite partie d’un grand tout mais ne voient pas le grand tout, et c’est déprimant. Les horaires de travail sont devenus plus difficiles (au moins pour une moitié de la population) : on n’a plus vraiment le temps de se consacrer à autre chose qu’à son travail. Je passe sur les conséquences de la crise, la difficulté à trouver un poste, la difficulté à monter les échelons une fois qu’on est en poste… Et on présente les « start-uppers » ou « entrepreneurs » comme modèle parfait de la réussite, ce qui doit être complètement déprimant pour le salarié moyen.

Bref, il y avait un gros créneau, et Hal l’a pris.

3 – Pour se lever le matin

Les astuces données pour être enthousiaste au réveil ne sont pas mauvaises : savoir ce pour quoi on se lève, se dire que le réveil est à l’image de notre vie (remettre le réveil sur snooze = être un médiocre qui va rater sa vie, du coup on a moins envie de se rendormir)… Tout cela stimule pour se lever d’un coup d’un seul.

La remarque suivant laquelle on se sent plus fatigué quand on se dit qu’on n’a pas assez dormi semble aussi assez juste ; se dire « je vais dormir 7 heures, c’est juste ce dont j’ai besoin » et s’en persuader peut effectivement aider à vaincre la déprime matinale due au constat qu’on s’est couché tard, qu’on doit avoir des cernes et qu’on aura envie de dormir toute la journée.

4 – La routine est efficace

Pour avoir testé le lever une heure plus tôt (pas à 5h30 quand même), je confirme que s’activer quand les autres dorment est une grande source de fierté. On se sent mieux après avoir fait du sport, plus en forme pour le reste de sa journée, et, effectivement, avec les idées plus claires.

Pour le reste, le livre force à identifier les choses que l’on souhaite voir progresser dans sa vie et à se concentrer dessus. On a le sentiment de prendre les choses en main. Je n’ai pas testé l' »affirmation » (se répéter qu’on est génial, ou, pour un objectif donné, qu’on va le réussir), mais pourquoi pas ?

La question qui me reste est : tenir ce rythme (même s’il ne s’agit que de se lever une heure plus tôt) est-il possible ? Hal en fait son business, donc je veux bien croire qu’il se lève plus tôt le matin et qu’il fasse consciencieusement son yoga après avoir bu son smoothie spécial performance. De même pour les gens qui se sentent importants et ont besoin de se sentir « performants ». Mais le besoin de se sentir « performant » à longueur de vie est aussi un peu effrayant.

Bref, la méthode peut utilement être utilisée pendant une période donnée pour un objectif donné. Quant à la suivre jusqu’à la retraite, on verra.

1 thought on “Miracle Morning : j’ai lu le livre”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s